En rémanence, on vit, demeure et voit.

À la poursuite de ces petits instants qui touchent et apparaissent de prime abord insignifiants, certains se retrouvent dilatés par ma photographie aux images myopes et tendres. L’évanescence, qui est évoquée par une sorte de retard où les images semblent conserver un lieu aux traces fugaces, témoigne une l’impossibilité de figer.
Mon imaginaire s’oriente ici vers une forme polymorphe où Marseille est une autre escale offerte à d’autres rencontres; rien de neuf au final. Pourtant, ici, par son orientation formelle, ces duels métaphoriques ont permis de mettre en jeu une approche plus narrative qui tente de dépasser tout discours si souvent réducteur. L’ image redevient un langage par-delà des mots.

 

Bruno D’ALIMONTE, 06/ 2014

download presentation Marseille Verses